Culture : La ville de Goma au Festival du reggae  »Mukongomani » à travers Mack El Sambo.

Pour la 6ème fois la ville de Kinshasa, Capitale de la RDC, accueille depuis le mardi 09 Novembre le ‘’Mukongomani Reggae Festival’’. Cet événement artistique a pour but de promouvoir les reaggeaman congolais. Cette année, la nouveauté est que plusieurs artistes sont venus d’ailleurs, et non exclusivement de Kinshasa. La ville touristique de Goma est également représentée à cette grande messe musicale par l’artiste musicien Mack El Sambo.

Avec au menu, de la musique chaude jouée successivement la soirée du vendredi 12 à l’institut Français, Halle de la Gombe, ensuite celle prévue le samedi 13 à l’académie des Beaux-arts. Les artistes venus des provinces du Kongo Central, Haut-Katanga, d’autres du Congo Brazaville et de la France ont échangé autour du thème « Pourquoi le reaggae n’émerge pas sur la scène musicale congolaise? »

Pour l’artiste Kassim Lafraz, initiateur dudit festival, le choix du thème de cette année était motivé par les mélomanes du reaggea de Kinshasa. Chaque jeudi, ajoute-t-il, j’organise une scène appelé ‘’Je dis Reaggea ’’ qui rassemble beaucoup d’ artistes. Ce sont les fans venant régulièrement nous assister qui ont demandé pourquoi notre discipline n’émerge pas. ‘’C’est ainsi que nous avons voulu y réfléchir avec d’autres artistes congolais.’’ Déclare-t-il.

La ville de Goma représentée

Mack El Sambo représente l’Est du pays. Dans son répertoire, il compte offrir au public 6 chansons tirées de ses albums et singles déjà réalisés et publiés! Interrogé par Zik+, il estime que la musique reggae est révolutionnaire, revendicative, de consciencieuse… !  »Bien sûr je ne dis pas que les autres musiques doivent disparaître non, mais les congolais doivent appuyer le reggae comme ils appuient les autres styles à l’instar de la rumba et la musique urbaine.’’ Tel est son plaidoyer.

Et à l’acteur de la célèbre chanson Sikujuaka (Je ne savais pas, littéralement) de renchérir: « Pour le développement du Congo aujourd’hui il faut des chansons intelligentes et interpellatrices qui font bouger les méninges et non des chansons de distraction qui font bouger les fesses.’’

Avec une riche carrière artistique d’une vingtaine d’année, Mack El Sambo
reconnait quand même que Le reggae congolais a encore du chemin à faire. Il a invité ainsi les reageaman à travailler en synergie pour le porter haut les revendications du peuple congolais et des africains en général! ‘’ « Il est temps de faire connaître le reggae que nous faisons au monde entier, profiter de l’évolution technologique pour partager ce que nous faisons avec les autres via les réseaux sociaux’’ conclut-il.

Bien que négativement critiquée par d’aucuns, la musique révolutionnaire vaut son pesant d’or dans un pays comme la RDCongo qui fait face à mille et un défis. Faisons nôtre cette pensée de Bob Marley, un des baobabs du reggae: « La musique peut rendre les hommes libres« .

✍🏽Albert Sivamwanza Isse


Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *